Une journée en enfer | Hell Yeah

Je suis assez fan des jeux produits par (feu) Arkedo et ce titre est fidèle à leur style : la touche graphique, l’ambiance, les musiques et cette façon de ne pas se prendre au sérieux. Hell Yeah! déborde de détails innombrables tout en restant étonnamment lisible et fluide, se déroule dans des univers variés, est très fun avec ses finish moves et met en scène un (anti)héros assez mémorable.

Mais, car il y a un mais et il est plutôt énorme, le jeu n’est pas équilibré. En fait c’est l’ensemble du game design qui semble bâclé. On parcourt le jeu dans une certaine torpeur car 99% des ennemis ne sont là que pour la déco, l’armement du lapin étant surpuissant, ce qui se justifie scénaristiquement mais ne compense pas l’ennui. Mais cela n’empêche pas de mourir fréquemment, souvent de manière stupide. Et oui car pour éviter les speedruns il y a des pièges… du type fatal (ces p… de piques notamment). Si la maniabilité était précise cela pourrait passer mais lorsque celle-ci est taillé pour le volet bourrinage ça ne le fait pas : glissade après saut, manque de précision général, etc.

Hell Yeah! screenshot

Même les boss sont décevants : – entre ceux que l’on voit uniquement si l’on meurt, car trop gros pour tenir sur l’écran, – ceux qui pratiquent la double (voir triple ou bien plus) peine qui consiste avec un tir à vous bloquer puis vous infliger une telle série de dégâts que la mort n’est jamais loin, – les dialogues non évitable même après la dixième mort, – et plus globalement le manque d’intérêt dans les affrontements.

Le jeu est un peu au-dessus de la moyenne sur une bonne partie de son déroulement mais l’un des derniers niveaux est tellement pénible que l’impression finale en pâtit ! Arkedo a dû avoir trop de pression pour tenir les délais et l’équilibrage général me semble avoir été zappé.

C’est bien dommage car le jeu a vraiment une patte (…) originale et certains passages sont vraiment sympa. Notamment ceux de pure plateforme qui curieusement sont jouables : les niveaux sont dessinés pour et le lapin perd le pouvoir qui rend les sauts pénible….

Le titre est celui du succès obtenu à la fin du jeu. Et c’est un peu la sensation du joueur sur les derniers niveaux…

Hell Yeah! La Fureur du lapin mort est disponible sur XBLA, PSN et PC (Windows).

2 comments

Leave a Reply