A la pêche aux gros : SEGA Bass Fishing | Critique

Bonjour les amis (es),

Après un test de la Mega Drive portable made in Atgames, je tente un nouveau type d’article. Un mélange entre souvenirs perso et découverte de jeu vidéo. On verra ce que cela donnera, j’avoue avoir assez de mal à le sortir par manque de temps (prévu initialement pour avril !) et je n’arrive pas trop a cerner l’approche de ce type d’article. J’espère néanmoins que vous passerez un bon moment.

Cordialement
Machintruc76

Depuis ma plus tendre jeunesse et l’initiation par mon grand-père à ce loisir de plein air aux alentours de mes 4 ans, j’aime quand j’en ai l’occasion, me détendre autour d’un plan d’eau. Pêcher pour moi c’est surtout l’occasion dans un premier temps de se poser dans un coin, d’oublier ses petits tracas quotidien en se concentrant uniquement sur sa (ses) ligne(s) soit en regardant son bouchon ; soit en moulinant la tête en l’air en profitant du paysage et du doux son de dame nature et autres coucous. Ensuite, viens la petite montée d’adrénaline mélangée au stress quand on voit son bouchon qui clapote puis coule d’un seul coup ou quand son leurre accroche quelque chose dans sa trajectoire. Là, on espère remonter le poisson le plus gros possible et batailler ferme pour le ramener près de la rive. Pour ma part, étant un pêcheur médiocre, j’attrape plus de piqures de moustique et de vielles branches pourris que de poissons dépassant les 10 cm. Mais cette sensation, le ressenti dans la canne c’est juste génial.

De plus, pendant de longues années, la tradition familiale consistait, lors du week-end de Pâques, de tous se réunir autour de l’étang de mes grands-parents pour pêcher la truite. Faisant partie d’une famille nombreuse, cela permettait de revoir tous les cousins, oncles & tantes que l’on ne voyait que trop rarement.C’est lors de ces réunions familiales que j’ai appris notamment à garder des bières bien aux frais en la calant au fond de sa bourriche, que l’on peut attraper des truites avec du babibel et qu’un verre de terre (d’après un de mes cousins) peut également se surnommer un « goa’uld ».

En grandissant, mon attachement pour la pêche est resté intact mais les obligations comme les études puis le travail et maintenant la vie de famille font que je n’ai plus de temps à consacrer à ce loisir. Mais par chance (ou pas à vrai dire…) j’ai vu évoluer les jeux dédiés à ce loisir et avec l’avènement des consoles « next-gen » (toujours plus puissantes – NDLR : next gen par rapport à la Mega Drive hein ^^), les softs sont devenus de plus en plus intéressants et parfois accompagnés d’accessoires avec pour effet immédiat de relayer le bon vieux jeu pêche mécanique au placard.

Car oui car même si je suis loin d’être le plus vieux Legaciens (Salut Kurdy 🙂 ), moi aussi, durant mon enfance, le seul moyen de pêcher dans ma chambre et de trouver quelques sensations consistait à jouer à ce qui se trouve dans l’image ci-dessous.

J’ai testé quelques soft sur la console de Sony de l’époque comme les Fisherman’sBait ou Action Bass pendant ma jeunesse mais sans accessoire, ce type de jeux n’est pas plus passionnant qu’une cascade dans Derrick. Hormis bourriner le bouton d’action pour ramener sa ligne, ça manque de profondeur et d’intérêt.

Mais un jeu est sorti du lot, fin des années 90 début 2000 (je neme souviens plus de la date exacte), une vidéo de présentation sur une célèbre chaîne dédiée aux jeux vidéo et aux loisirs numériques aujourd’hui à mes yeux disparue (pour moi cette chaine et son esprit sont mort en 2002 grâce à Infogrames), présentait sur la toute dernière console de SEGA fraîchement débarquée un jeu de pêche adapté de l’arcade qui me laissa sans voix. Je vous le donne en mille : Sega Bass Fishing. Mon œil a tout de suite été séduit par ses graphismes, sa fluidité et son accessoire qui, contrairement à la concurrence, était fourni. De plus, faut pas croire que ce n’est que une coquille vide bas de gamme avec 4 touches mais c’est un vrai controller comportant notamment un détecteur de mouvement pour le lancer de ligne et un vibreur qui varie en fonction des prises. Un copier-coller de la borne mais en miniature, pour le grand public et pour jouer dans son salon. J’avais 13 piges à l’époque, je suis resté béa devant la TV et se souvenir est resté gravé à jamais dans un coin de ma tête. Malheureusement, n’étant qu’un gosse et n’ayant droit qu’à une console par génération, j’ai dû attendre longtemps d’une part pour acquérir une Dreamcast (2010) et attendre encore 4 ans de plus pour trouver un kit Bass Fishing et son Controller pour concrétiser ce rêve de jeunesse.

Et que se passe-t-il lorsqu’on (re)découvre un titre 15 ans plus tard qu’à sa sortie ? Il ne faut pas se mentir ça pique un peu les yeux. Ma bonne vieille cathodique de 56 cm ayant fait place à un écran plat « HD » de 94cm. Cela fait ressortir tous les défauts visuels (même en 4:3) et vu qu’on a pris l’habitude de voir de la belle 3D toute lisse, il nous faut un petit temps de réadaptation mais le plaisir est heureusement toujours là.

On prend plaisir à se prendre pour Jeremy Wade le pêcheur de l’extrême & biologiste de l’émission River Monster (même si on sait qu’au final on n’attrape que des poissons virtuels). On agite notre canne dans tous les sens en moulinant comme un taré à la première touche, le tout dans un déluge de vibrations qui ne laissera pas votre poignet intact. On change de leurre, on relance, on parcourt les différentes zones de pêche en espérant remonter au bord de sa barque le « BIG ONE », le jeu est vraiment prenant.

La version Dreamcast dispose de 3 mode de jeux. Le premier, le mode Arcade, qui nous permet de revivre (presque) les mêmes sensations que celles des salles enfumées mais dans son canapé et la bière à la main (et non plus dans la bourriche). On parcourt les 3 zones de pêche et ont fini par une arène cachée. On passe d’un lieu de pêche à l’autre une fois le quota de poids dépassé. Même si on peut noter la présence d’un Timer, celui-ci n’est pas synonyme de « game over » car on dispose de continus illimités. Le but étant de figurer à la plus haute marche du podium à la fin du parcours en amassant le plus de grosses prises possibles. C’est sans doute le mode de jeu le plus plaisant car c’est sans prise de tête et qui permet de prendre du plaisir immédiatement. Les novices peuvent découvrir le titre sans pression et les plus aguerris essaieront d’améliorer leur performance à chaque run.

Il y a ensuite le « original mode », que l’on pourrait comparer à un mode compétition. Il s’agit d’un tournoi de pêche intitulé S.B.F.A où le but est d’amasser le plus de prises sur une arène de pêche mais à différents moments de la journée (matin, midi et soir). A chaque fin de session, vos prises ainsi que le poids total en sont comptabilisés. Le but est bien évidemment d’atteindre le sommet du classement pour passer à l’arène suivante mais si vous n’êtes pas très doué comme moi, être dans le top 10 est suffisant. Ce mode de jeu,  je le trouve frustrant car contrairement au mode arcade où n’importe quel leurre peut appâter le chaland et prendre son pied immédiatement, ici trêve de plaisanterie. Il faut choisir le bon appât en fonction de l’heure et de la météo sinon vous aurez les poissons qui regarderont passer l’appât juste devant leurs yeux mais sans qu’ils n’aient la moindre réaction, c’est  limite s’ils ne vous riront pas au nez et vous d’avoir une fâcheuse envie de rage quit. Je n’accroche pas à ce mode de jeu et j’y préfère largement l’arcade.

 

Pour finir le mode practice : un mode sans pression où l’on choisit son arène, son heure et la météo. Dans ce mode, pas de limite de temps sauf celui qu’on lui donne. Idéal pour lancer une sieste manette en main en attendant que le goujon nous réveille en faisant vibrer le poignet.

Et voilà pour le tour du propriétaire, Sega Bass Fishing est un excellent titre permettant de passer de supers moments devant sa TV, procurant de très bonnes sensations grâce à son controller. Le fun du mode arcade est immédiat tandis que les personnes voulant plus de profondeur dans le gameplay se jetteront corps et âme dans le « original mode». Trouver un combo jeu + manette n’est pas très simple mais si vous aimez la pêche, cela peut être sympa de l’avoir sous le coude pour se lancer une partie de temps en autre.

13 comments

    1. Je voulais aussi attaqué Sebka, J’ai encore en tête le Podcast sur Rez et ces allusions au Rez controler. J’ose à imaginer ce qu’il pourrait penser du bass controler et de son manche vibrant.

  1. Je ne suis aller pêcher qu’une seule fois dans ma vie, mais ton évocation et le lien avec cet OVNI total (et avec son hardware dédié) est si savoureuse que ça me donne envie d’aller déterrer quelques vers et trouver un prétexte pour aller faire la sieste au bord de l’eau… cet été.

    1. C’est quand tu veux Reverend, j’ai des cannes qui trainent dans un coin, une bonne glacière (ou sinon la bourriche) pour les bières et le Whisky, on prend un barbuc et c’est partie…. Comme d’hab, on servira de nourriture aux moustiques, pris des couleurs mais sa pourrait le faire.

      ps: Je m’occupe des goa’ulds

  2. Super article mec !

    « On agite notre canne dans tous les sens en moulinant comme un taré à la première touche, le tout dans un déluge de vibrations qui ne laissera pas votre poignet intact…en espérant…le « BIG ONE ». »

    On est d’accord, tu parles toujours de Bass Fishing ? xD

Leave a Reply