Streets of Rage Perfect SoundTrack | Article

Le maitre Yuzo Koshiro (image culture-games.com)

Le lundi 8 janvier aurait pu être une journée comme les autres. Jour de reprise du travail après les fêtes de fin d’année avec une bouche encore farineuse de repas consécutifs trop copieux. Les yeux à la Steven Seagal dus à mon réveil qui me torture dès 5h du matin. Mais soit, le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt et direction le boulot.

Sur place, afin de me mettre en jambe, café, gâteaux et podcast, j’ai du retard à récupérer concernant le podcast de la revue de presse JV. Quoi !!!! Cher lecteur tu ne connais pas la revue de presse JV ? LE podcast quotidien qui te résume toute l’actu JV des dernières 24h présenté par le grand, le talentueux, le seul et l’unique Bruno Rocca Sensei ? Nan ? Ben clic là alors sinon je ne te parle plus.

http://la-revue-de-presse-jv.lepodcast.fr/

Enfin bref, j’écoute l’édition du vendredi 22 décembre d’une oreille quand d’un coup 3 mots magiques viennent me taquiner les esgourdes : Streets of Rage ; Yuzo Koshiro ; Album. A ce moment précis, comme les chiens de chasse, je marque l’arrêt. Je stoppe tous mes en-cours et je fonce chercher après ce dit album. Inutile de rappeler à quel point ce talentueux compositeur a changé ma vie de joueur hein 😉 .

Je fouille et farfouille, tombe sur le fameux site (www.wayorecords.com ; https://www.wayorecords.com/fr/musique-retro/641-streets-of-rage-perfect-soundtrack.html), ni une ni deux, commande passée, ouf pas de rupture. Je peux retourner à mes occupations l’esprit léger (comme mon porte monnaie). J’en entends déjà glousser « oui, il a dépensé 15€ pour un CD alors que les morceaux, même les inédits sont trouvables sur le net ». C’est vrai, cependant tout travail mérite récompense et je suis du genre à payer même pour des titres gratuits et ce n’est pas Patman qui dira le contraire lol. Mais surtout, d’une part, c’est remercier et profiter des morceaux de Yuzo sans altération due à une compression merdique mais aussi saluer l’initiative. Rien ne l’obligeait à ressortir ses morceaux et nous partager des inédits, et si on avait tous ce même sentiment égoïste, personne ne pourrait profiter de l’œuvre de ce génie qui a inspiré la musique Dance/Techno des années 90.

Je partage ma trouvaille sur les réseaux sociaux et quelques instants plus tard, petit message du Reverend qui a lui aussi fait chauffer sa carte bleue. Donc je ne serai pas seul à vous faire un retour mais également notre Reverend National. C’est Officiel, ce 8 Janvier 2017 n’était pas qu’un simple jour de reprise. 😉 MERCI Bruno 😉

Pochette du CD

Deux jours plus tard, réception du colis avec un petit autocollant (wayorecords) qui fait toujours plaisir. Sublime, voilà le maître mot à retenir. La pochette cartonnée est magnifique, les couleurs sont vives et le toucher agréable. On est sur du produit de qualité et ça se voit (et se touche). Ni une, ni deux, direction le PC, casque sur les oreilles et on profite.

Même si je connais par cœur les titres de Streets of rage premier du nom depuis….. 27 ans (je vieillis d’un coup), cet album permet vraiment de profiter du son d’origine voulu par l’artiste. L’OST était déjà magnifique sur la 16 bits de SEGA et je ne compte pas les heures à écouter les sons dans le menu option. Cependant, à l’écoute du CD au casque, on s’aperçoit immédiatement que le rendu était loin d’être optimal sur Mega Drive. Défaut sans doute lié à la compression de la B.O au format cartouche, une mémoire limitée et à la puce Yamaha qui n’arrivait pas à retranscrire tous les sons voulus initialement.

J’ai redécouvert mes titres préférés mais bichonnés aux petits oignons. Le soin apporté à la stéréo et à l’équilibrage des pistes est impressionnante et appréciable. Yuzo joue littéralement avec notre ouïe et c’est délicieusement agréable. Gauche, droite, les deux (oreilles), jamais déséquilibré, c’est magique.

J’ai, sur plusieurs pistes comme Moon Beach ; Big Boss ou Keep the groovin entendu en ligne de fond un très léger son de percussion type bongo. Ce même bongo a sa piste sur The Last Soul à plusieurs reprises. Ce petit détail est vraiment sympa mais était totalement inaudible ou passait totalement inaperçu sur la machine d’Haneda. Sur Name Entry, on entend une percussion en rythme mais uniquement dans l’oreille gauche.

Il y a tellement de choses bonnes à dire sur cette compile et je ne vous parlerais pas volontairement des 2 derniers titres qui sont somptueux. Amoureux de Streets of Rage ou de Yuzo Koshiro, cet album est fait pour vous.

Machintruc76

Ouverture

J’ajoute mon petit mot car notre Machintruc m’a bien vendu l’objet en l’espace d’une seconde j’avais moi aussi succombé. Il faut dire qu’à ce prix ça aurait été pêcher. Qui plus est à l’écoute on se rend compte que l’ami Koshiro avait tout compris de la Mega Drive et de ce qu’elle pouvait produire comme son. Ce n’est certes pas le seul à avoir réussi à en avoir sorti le meilleur (je pense à Tallarico par exemple) mais c’est sans doute celui qui en aura le plus exploité les possibilités quitte à les dépasser avec des méthodes peu orthodoxes. Je n’ai pas grand chose à ajouter à ce qu’a dit Machintruc, si ce n’est que ce n’est sans doute pas un hasard si, lorsqu’on demande aux fans l’OST qui les a les plus marqués, SOR sort à peu près en tête de tous les sondages.

Révérend Z.

Leave a Reply